Un théâtre
de pure émotion

Qui sommes-nous ?

La compagnie

Association fondée en 2007, la Compagnie AD est constituée autour du travail d'Alexandre Doublet, auteur, metteur en scène, scénographe. Diplômé de La Manufacture à Lausanne.

Les soutiens

La Compagnie AD bénéficie de la subvention de durée déterminée 2023 – 2026, Fonds cantonal des arts de la scène, État de Vaud.

Les spectacles

En s’inspirant des grands classiques, le metteur en scène questionne la place du langage et de la narration passant d’une adresse directe à la contemplation sonore. Ses spectacles racontent des histoires individuelles au sein d’un groupe de personnes, la famille est son obsession, n’hésitant pas au passage à utiliser les codes de la culture populaire.

La charte

Initié depuis les créations de Retour à la cerisaie et La machine dans la forêt, la Compagnie AD continue de tendre vers un fonctionnement éco-responsable et durable. Pour cela, elle a établi une charte inspirée des principes permaculturels.

Les prix

La compagnie AD est Lauréate du concours Label + Théâtre Romand 2014 pour le projet Les Histoires d'A – Andromaque. Alexandre Doublet est lauréat du Concours PREMIO 2008.

Générique

« Je veux écrire et créer des spectacles avec des êtres d'aujourd'hui et qu'ensemble iels défendent des rôles d'aujourd'hui. » Alexandre Doublet

Alexandre Doublet

Alexandre Doublet

Alexandre Doublet est metteur en scène. Il dirige la compagnie AD basée à Lausanne. De 2011 à 2019, il est directeur du TLH - Sierre. Depuis Août 2023, il dirige les Alambics Théâtre-École à Martigny. 

Après sa formation théâtrale à La Manufacture de Lausanne, il travaille comme interprète pour Claire Lasne Darcueil, Nicolas Fleury, Marco Berrettini, Lionel et Adrien Rupp… En 2008, il obtient le premier prix du concours PREMIO visant à soutenir la jeune création Suisse pour sa série théâtrale Il n’y a que les chansons de variété qui disent la vérité – Platonov.  Suivront entre autres La jeune fille que rien ne pouvait consoler. Rien! De rien! De rien!, All Apologies - Hamlet, Les Histoires d’A - Andromaque lauréat du concours Label+, Dire la vie, Love is a river, La machine dans la forêt et Retour à la cerisaie

En s’inspirant des grands classiques, le metteur en scène questionne la place du langage et de la narration passant d’une adresse directe à la contemplation sonore. Il co-signe les scénographies, les créations sonores et les costumes. Ses spectacles racontent des histoires individuelles au sein d’un groupe de personnes, la famille est son obsession, n’hésitant pas au passage à utiliser les codes de la culture populaire. 

Les productions de la compagnie sont présentées entre autres au Théâtre de Vidy à Lausanne, La Comédie de Genève, au Théâtre Les Halles à Sierre…

Estelle Bridet

Estelle Bridet

Billingue français-allemand, Estelle intègre la filière préprofessionnelle d’art dramatique au conservatoire de Genève en 2014. En 2016, elle entre à la Manufacture (Haute école des arts de la scène) à Lausanne. Durant ces 3 ans elle obtient le deux fois le prix d’études d'art dramatique ainsi que le prix d’encouragement du pour-cent culturel Migros. Elle y rencontre notamment Alexandre Doublet, François Gremaud, Natacha Koutchoumov, Pascal Rambert. la Cie Motus, Luk Perceval, mais aussi la caméra de Frédéric Fonteyne et d’Ursula Meier.

Après sa sortie en 2019, elle s’engage dans plusieurs projets théâtraux avec Nicolas Zlatoff “L’amour fou – Le Cid“ et “Les Banquets“. La saison 2020-2021 est pour elle marquée par un rôle principal pour lequel elle obtiendra un prix d’interprétation au festival du film de Soleure dans la série RTS Sacha, et par l’assistanat de Pascal Rambert à la mise en scène de STARs à la Comédie de Genève.

En novembre 2021, elle joue dans Brainwaves, une pièce en réalité virtuelle mise en scène par Christophe Burgess au TLH à Sierre. L'année 2022 commence par la reprise de l'assistanat à la mise en scène de STARs de Pascal Rambert, suivie de la pièce Paranoïd Paul de Simon Diard, mis en scène par Bastien Semenzato, jouée au théâtre St-Gervais à Genève ainsi qu’au Spot à Sion. Durant la saison 22/23, elle joue dans Mafiosas mis en scène par Ludmilla Reuse et dans L'amour fou – La mouette de Nicolas Zlatoff au TLH à Sierre, et ensuite dans Oscar, un boulevard mis en scène par Antony Mettler et dans la reprise en allemand de Brainwaves de Christophe Burgess à Lucerne.

Émeric Cheseaux

Émeric Cheseaux

est un comédien originaire du Valais. En 2019, il est reçu à la Manufacture – Haute École des Arts de la Scène suisse romande – où il apprend notamment aux côtés d'Oscar Gómez Mata, Esperanza López, Jean Yves Ruf, Elina Löwensohn et Gwenaël Morin. Il participe également au spectacle En finir ! de Daria Deflorian en collaboration avec Édouard Louis à la Comédie de Genève. En 2022, à sa sortie d’école, il rejoint La Machine dans la forêt d’Alexandre Doublet au théâtre de Vidy-Lausanne. Il performe également Disco Funeral imaginé par Adriane Breznay e t Julien Guillet-Ticot au Ballet National de Marseille. En juillet 2023, il assiste François Gremaud à la mise en scène de Carmen. au Théâtre Vidy-Lausanne.

Parallèlement, il crée son premier seul en scène La révérence au Théâtre les Halles à Sierre puis en tournée en Suisse romande. Fortement inspiré par les œuvres de l’autrice Annie Ernaux et de la comédienne Zouc, il s’intéresse aux dialectes et aux langages argotiques comme moyen autofictionnel et documentaire.

Christian Cordonier

Christian Cordonier

est né le 4 octobre 1991 à Saint-Maurice en Suisse. Après l'obtention de son Master 1 de comédien à l’INSAS en 2017, il cofonde la compagnie You should meet my cousins from Tchernobyl avec Isumi Grichting à Sion en 2018. Avec celle-ci, iels ont déjà conçu trois spectacles qui ont tourné ou tournent encore entre le Valais (Le
Spot, Les Halles de Sierre), Lausanne (La Grange de Dorigny) et Genève (Saint-Gervais, La Comédie de Genève) : Avec un U-Boot (2019), Monster Truckiller (2021) et Camper (2022). Tous ces spectacles s’ancrent dans la même fable science-fictionnelle lofi et contribuent à créer un multivers théâtral.

En tant que comédien, il a joué dans toute la Suisse Romande et collaboré avec divers.es metteureuses en scène, des plus installé.es dans le paysage culturel comme Mali Van Valenberg, Julien Mages ou François Marin, aux plus émergent.es comme Ludmilla Reuse ou Arnaud Mathey. En Belgique il travaille avec Laura Ughetto et Raphaëlle Corbisier. En 2022 et 2023 il lit dans des lieux empêchés La Machine dans la forêt d'Alexandre Doublet pour la cie AD, cette collaboration avec la compagnie semble amener à continuer.

Aurélien Gschwind

Aurélien Gschwind

(elle) est une acteurice. Elle étudie d’abord la philosophie et la littérature à l’Université de Genève et intègre en parallèle la filière préprofessionnelle d’art dramatique du Conservatoire.

En 2016, elle entre à la Manufacture (Haute école des arts de la scène) à Lausanne. Elle obtient le prix d’étude de la fondation Friedlwald et y rencontre notamment, Alexandre Doublet, François Gremaud, Natacha Koutchoumov, la Cie Motus, Luk Perceval, mais aussi la caméra de Frédéric Fonteyne et d’Ursula Meier.

Après sa sortie en 2019, elle joue dans dans Nos parents de Pascal Rambert à la Comédie de Genève, fait partie à plusieurs reprise de l’Ensemble d’actrices* du Poche-Gve, où elle joue dans des mises en scène de Manon Krüttli, Florence Minder et Julien Jaillot, Guillaume Béguin, Mathieu Bertholet, Anne Bisang, Céleste Germe (Das Plateau) et Isis Fahmy. Elle participe aussi à la série théâtrale Vous êtes ici, un projet de Julie Gilbert et Michèle Pralong, dans des mises en scène de Marion Duval, Manon Krüttli et Oscar Gómez Mata, dans plusieurs théâtre genevois.


Elle est également assistante à la mise en scène de Christophe Honoré pour Les Idoles au Théâtre de Vidy et pour Le Côté de Guermantes à la Comédie-Française. A la Manufacture, elle assiste Bastien Semenzato lors d’un stage d’interprétation. En 2023, elle joue dans Les Émigrants de Krystian Lupa, création qui sera montrée d’abord à la Comédie de Genève puis au festival d’Avignon et en tournée.

Malika Khatir

Malika Khatir

est une comédienne. Elle débute en 1990.

De 1990 à 2000. Elle joue avec la compagnie Le théâtre du Point Aveugle, dirigée par le metteur en scène François Michel Pesanti, des créations, des pièces de théâtre, entre autre : Les gens sont formidables, Backroom, if 6 was 9, Bérénice, Phédre. Elle joue à Paris (théâtre de la Bastille), Marseille (théâtre de la Criée), différents festivals en Europe, à Zurich (Schauspielhaus, Theater Neumark), au Theater Basel et aux Théâtres nationaux de Taïwan et Hong Kong.

De 1990 à 2000, elle chante avec Maggie Nichols, qui crée le groupe vocal Les méchantes. Elles chantent dans différents festivals en France, Allemagne, Suisse et Angleterre. En 2000 elle s’installe à Zurich et commence à jouer en Allemand.

De 2000 en 2010, elle joue avec différents metteurs en scène, entre autre : Barbara Weber dans Les sirènes, Niklaus Helbling dans Die Schwarz Kammer, Volker Hesse dans Making off, Dennis Schwambeland dans So ist guet. Avec eux et d’autres, elle joue dans les Schauspielhaüser de Cologne, Hambourg, Brême, Berlin, Zurich, Bâle, Berne et Lucerne.

En 2003, elle rencontre la musicienne Kamilia Jubran, avec laquelle elle chante et joue à Paris, en Jordanie, en Syrie et en Suisse. Elle joue aussi dans différents films d’auteur, sous la direction de Christian Philibert et Sophie Comté.

De 2010 à 2015, elle continue à jouer en Suisse avec, entre autre : Fabrice Gorgerat dans Médée-Fukuschima, au théâtre de l’Arsenic à Lausanne, au TLH à Sierre et au centre culturel Suisse à Paris, Matto Kampf et Raffaël Urweider dans Érika, au Theater Bern, Barbara Terpoorten-Maurer dans Crazy Horn au Theater Bern, à Brig et au Kleintheater Luzern.

Depuis 2015, elle travaille avec entre autres : Malte Jenkis dans Glauben, théâtre Neumark Zurich, Tim Zulauf dans Ordnung une ordnung, théâtre Gessnerallee Zurich. Elle travaille aussi avec des Chorégraphes, entre autres, Boris Charmatz. Elle joue dans le film Crew, de David Oesch. Elle joue aussi régulièrement dans les créations et pièces du metteur en scène Alexandre Doublet: Andromaque, Dire la vie, Love is a river, Retour à la Cerisaie et La machine dans la forêt au Théâtre Les Halles de Sierre, Comédie de Genève, Arsenic et théâtre Vidy-Lausanne.

Baptiste Mayoraz

Baptiste Mayoraz

est compositeur, multi-instrumentiste, comédien et pédagogue.

En tant qu’interprète ou créateur, il collabore régulièrement avec Alexandre Doublet, Antoine Hespel, Julie Ménard, Jean-Yves Ruf, Catherine Travelletti, et Lucie Berelowitsch, directrice du Préau-CDN de Normandie-Vire où il a été artiste permanent durant trois ans.

En musique, il travaille notamment avec Cindy Pooch, Romain Tiriakian (Phanttom), Leopoldine HH, Solomiia Melnyk (Dakh Daughters) mais aussi Rokhaya Diallo et Grace Ly. Pour Il n’y a que les chansons de variété qui disent la vérité, il réalise les arrangements des chansons et les accompagne en live.

Melody Pini

Melody Pini

est formée au conservatoire de Genève dès 2014.

Elle intègre en 2016 l’École supérieure d’art dramatique du Théâtre National de Strasbourg (Groupe 44). Elle suit les enseignements des metteureuses en scènes et chorégraphes Stanislas Nordey, Jean-Pierre Vincent, Pascal Rambert, Loïc Touzé, Françoise Bloch, Rachid Ouramdane, Audrey Bonnet, Marc Proulx, Martine-Joséphine Thomas et Bruno Meyssat.

Elle joue, en 2019, dans Mont Vérité de Pascal Rambert au Printemps des comédiens à Montpellier (reprise au TNS en 21-22) et dans L’Orestie d’Eschyle dans le rôle d’Électre mis en scène par Jean-Pierre Vincent au Festival d’Avignon. Elle participe également à L’Odyssée d’Homère, lecture en 13 épisodes, mis en scène par Blandine Savetier, au Festival d’Avignon, au Théâtre de la Villette et dans La traversée de l’été en 2020 à Strasbourg. On la retrouve dans À la Carabine de Pauline Peyrade, mis en scène par Anne Théron dans des classes de lycées à Paris, Reims et Strasbourg, puis en septembre 2020, au Théâtre Paris-Villette.

En 2021 elle danse et joue à l’Opéra de Paris dans Le Soulier de Satin de Paul Claudel, mis en scène par Stanislas Nordey et composé par Marc-André Dalbavie. Dans Boule de Suif tribut to Maupassant de Françoise Dô au CDN de Dijon. Puis dans Nous entrerons dans la carrière, création de Blandine Savetier au TNS.

En 2023 on l’a retrouve dans Mon absente de Pascal Rambert. Paysage écrit et mis en scène par Yanis Skouta à la Pokop à Strasbourg, Hamlet de Shakespeare mis en scène par Audrey Bonnet au Théâtre de verdure à Paris ainsi que dans Ce qu'il faut dire de Léonora Miano mis en scène par Stanislas Nordey en tournée 22-23-24 en France, en Afrique et en Belgique.

Anne Sée

Anne Sée

a joué sous la direction de nombreux metteureuses en scène dont Jean Paul Wenzel, Matthias Langhoff, Agnès Laurent, Jean Louis Hourdain, Guy Delamotte, Olivier Perrier, Frédéric Bélier Garcia, Richard Sammut, Éric Elmosnino, André Engel, Gilberte Tsaï, Jacques Vincey, Nicolas Fleury, Georges Lavaudant, Thierry Roisin et Blandine Savetier, Frédéric Constant, Anne Monfort, Krystian Lupa, Alexandre Doublet, Benjamin Moreau, Georges Grbic, Delphine Salkin, Marc Marchand.

Au cinéma elle a tourné avec René Allio, Caroline Chomiène, Emmanuel Parraud, Artémio Benki, Michel Andrieux, Aurélia Georges, Max Larruy et Berta-Blanca T.Ivanow et Katell Quillevéré.

À la radio elle a travaillé avec Claude Guerre. Elle collabore avec sa mère, Kersti Chaplet, pour la re-traduction des romans de Tove Jansson. Complice de Claire Lasne Darcueil depuis 1996 elle a joué dans nombre de ses créations. Depuis la nomination de celle ci à la direction du CNSAD en 2014, Anne Sée y enseigne auprès des élèves venu.e.s de l’étranger. Elle accompagne également Nada Strancar. Depuis 2019, elle mène aussi un travail d’interprétation en anglais principalement avec les élèves de première année.

Samuel Van der Zwalmen

Samuel Van der Zwalmen

est un comédien belge parfait trilingue français, néerlandais et anglais US.

Il commence les cours d'arts dramatique à l'âge de 7 ans à l'Académie Franz Constant à Bruxelles. Ces premières planches professionnelles se font à la Monnaie l'opéra National de Belgique avec Médée dirigée par Krzysztof Warlikowski en 2011. Il renouvellera l'expérience en 2013 toujours à l'opéra National de Belgique avec Borgia de Guy Joosten. Il intègre à la suite l'INSAS en 2013 en interprétation dramatique pour 4 années.

A la fin de sa formation, il jouera avec sa promotion au théâtre Varia Heaven is a place where nothing ever happens sous la direction de Stéphane Olivier du collectif Transquinquennal. Le néerlandais étant sa langue paternelle, il décide de poursuivre sa formation théâtrale au RITCS, école flamande d'art dramatique à Bruxelles pour une année. Il sera formé avec le collectif Abbatoir Fermé ainsi qu'avec Raven Ruel pour une adaptation Des Bas-Fonds de Gorki.

En 2019, il jouera dans The Great Gatsby Immersive Show Belgium dirigé par Oliver Tilney, à Bruxelles et à Knokke. Il interprète le rôle de Rosie, le bras droit de Gatsby. Il jouera le spectacle en français, néerlandais et en anglais pour un total de 111 représentations. En 2021 il joue dans Le Paradox de Billy au théâtre de la Balsamine sous la direction de Ludovic Drouet ou il joue Billy le protagoniste. Récemment il joue dans le spectacle de Thymios Fountas dans Sauvez Batard pour le Rôle d'Ekart . Sauvez Batard gagne le prix de la jeunesse et le prix international dans le cadre du festival du théâtre de Liège Emmulation.

Samuel aura la chance également de participer à 2 longs métrages avec Stephan Streker dans Noces 2016 et dans L'ennemie 2020. En 2021, il jouera dans le premier long- métrage de Michael Dupret dans # NoFilter“ou il joue Scare Scott totalement en anglais. La même année, il participe à la série Braqueur saison 1 de Julien Leclercq sur Netflix. Passionné d'arts martiaux, Samuel pratique le karaté depuis sa tendre enfance et possède une ceinture noire dans cette pratique. Il voyage plusieurs fois au Japon pour se perfectionner auprès de grand maître de la pratique. En 2022 il commence sérieusement la boxe thaïlandaise et prépare actuellement son premier combat.

Margaux Robin

Margaux Robin

intègre l’ENSATT (Ecole Nationale des Arts et Techniques du Théâtre) à Lyon ou elle suivra un cursus à la fois artistique et technique dans la pratique du son au théâtre. Elle sortira diplômée en 2014.

Elle est aujourd’hui conceptrice et réalisatrice du son et régisseuse son en tournée pour le spectacle vivant. Elle crée la partition sonore et musicale des spectacles de Carole Thibaut (CDN de Montluçon) avec “Monkey Money“ (2015), “Les variations amoureuses“ (2017), “La petite fille qui disait non“ (2018), “Faut-il laisser les vieux pères...“ (2020), “Un Siècle“ (2022).


Elle est également une fidèle collaboratrice de la Compagnie jeune publique bordelaise La Boîte à sel, pour laquelle elle assiste le créateur son Thomas Sillard sur les spectacles “Block“ (2018) et “Track“(2021), pour lesquelles elle suit également les tournées. En 2019, réalise et interprète en live sur scène la création sonore et musicale du spectacle “Wareware No Moromoro“ du metteur en scène Hideto Iwaï au Théâtre de Gennevilliers dans le cadre du programme Japonisme 2019.

En 2020 elle réalise la bande son du spectacle jeune publique “Les poupées“ de Marine Mane, performance artistique et musicale autour de la vie de Michel Nedjar. En création comme en tournée, au son ou à la régie générale, elle accompagne également la Cie Desirades ou encore la compagnie Alexandre Doublet spectacle “Dire la Vie“ et pour “Retour à la Cerisaie“.

En 2021 elle contribue à la création du site silencesplateaux.fr avec Antoine Richard, plateforme visant à créer des échanges et des évènements destinées aux créateurices de son et de musique pour la scène vivante.

Valérie Quennoz

Valérie Quennoz

Après un master en relations internationales à l’IUHEID Genève et un master en écologie humaine à l’Université de Genève, elle travaille comme administratrice pour des compagnies théâtrales genevoises. En 2007, elle cofonde MacWorks Sàrl, société de réparation de matériel informatique pour laquelle elle assure l’administration et la comptabilité. Dès 2007, elle est responsable billetterie pour différents festivals à Genève: la Bâtie-Festival (2007-2015), le Festival Archipel (2007-2011), le Concours de Genève (2008-2015). De janvier à juin 2016, elle effectue un mandat au Grand Théâtre de Genève comme responsable billetterie adjointe. En juillet 2016, elle s’installe en Valais et occupe le poste de chargée des relations publiques au TLH-Sierre jusqu’en décembre 2020. Elle assure également l’administration de Laisser les piolets au bas de la paroi d’Eric Philippoz ainsi que de La Famille Schroffenstein d’Olivia Seigne.

De 2018 à 2022, elle co-dirige la CieADVQ avec Alexandre Doublet. Ensemble, ils ont présenté Retour à la Cerisaie d’Alexandre Doublet à la Comédie de Genève en juin 2022 puis au Théâtre Vidy-Lausanne et au Théâtre les Halles. De septembre 2021 à juin 2023, elle assure la production et la communication de La Machine dans la forêt d’Alexandre Doublet en Valais, au Théâtre Vidy-Lausanne, au Théâtre St-Gervais Genève et à l’Usine à Gaz à Nyon. Depuis septembre 2022, elle est l’administratrice des Alambics Théâtre-École de Martigny.

Notre site web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Consultez notre politique de confidentialité pour plus d'informations.
Fermer